Le « Buchenwaldlied », extrait de la Boder Collection, USHMM, courtesy of the US Holocaust Memorial Museum, Washington DC

En décembre 1938, le Lagerführer Arthur Rödl, chef du camp de Buchenwald, décide de doter le camp d’un chant, promettant même une récompense que les gagnants ne toucheront finalement jamais. Le Buchenwaldlied est composé en 3 jours par Hermann Leopoldi sur un texte de Fritz Löhner-Beda, librettiste de Franz Lehár. Destiné à encourager la volonté de résister, le chant plaît tellement à Rödl qu’il en ordonne des heures exténuantes de répétition collective dans le camp, accompagnées par l’orchestre des détenus. Certains prisonniers témoigneront cependant avoir chanté cet hymne avec une volonté de résistance. Ainsi Robert Leibbrand : « Quand l’ordre était donné de chanter, nos yeux se tournaient vers le crématoire dont les flammes montaient vers le ciel. Nous mettions toute notre haine dans ce chant. »