Le régime nazi utilisa largement la musique pour promouvoir sa politique, notamment par le biais de son parti, le NSDAP ; il tenta en outre de « purifier » la vie musicale allemande de toute « dégénérescence ».

La première leçon s’intéresse au compositeur autrichien et à son opéra Jonny spielt auf (« Jonny mène la danse »), qui fut créé en 1927 sous la République de Weimar. Sa popularité fut immense et l’œuvre fut donnée sur de nombreuses scènes européennes.

Sous le régime nazi, cet opéra de Krenek subit de nombreuses attaques ; il figura en bonne place dans l’exposition « Musique dégénérée » (Entartete Musik) de 1938, pour exemplifier les théories sur la « dégénérescence » en musique. Le catalogue de l’exposition eut pour couverture le dessin d’un musicien noir aux traits grossièrement accentués, jouant du saxophone avec une étoile de David en guise de boutonnière. C’est cette image qui sera au centre de la deuxième leçon.

La troisième leçon étudie quant à elle le camp très particulier de Theresienstadt, ainsi que la complexité des enjeux de la vie artistique qui s’y développa.

Avant toute chose, vous pouvez visiter nos pages de contexte : La musique sous le IIIe Reich et Le jazz sous le nazisme.

Leçon 1 - Propaganda

[Translate to French:]

Lesson 1 - What is Propaganda?

Aims:

  • gain knowledge about Nazi idea of ‘Degenerate’ Music
  • develop a nuanced understanding of what propaganda is
  • develop critical skills to better equip ourselves in analysing and responding to messages we receive
  • develop music vocabulary, criticism and appreciation skills

Resources:


ACTIVITY 1 - Move to Music

  1. Give brief introduction to the piece of music that students will be listening to. Play the excerpt. Ask students to listen and consider what kind of movements/shapes Jonny Spielt Auf might inspire.

  2. Encourage students to respond physically to the music, as this helps them to understand the intention of the piece.  Play the excerpt again.  Students can work alone, in pairs or in small groups (teacher’s decision) to create 3 ‘shapes’ using their bodies, then run them together in a sequence.  Repeat, finding a way to move smoothly between them.

  3. Share all or some of the choreographed sequences with the whole group.

 

Ask students for words to describe the qualities and characteristics of the movement.


ACTIVITY 2 - Discussion

Encourage students to use the correct words from the music glossary:

  1. What STYLE of music is this? (jazz)
  2. What CHARACTERISTICS does the music have?
  3. Students should describe:

    (a) What they hear - (MELODY, HARMONY, DURATION, TEMPO, TONE, PITCH, TIMBRE, DYNAMICS) Encourage the class to try and start describing sounds with words – brash, soft, harsh, gentle, soothing, wispy etc (FREE, CLASHING NOTES, DISSONANCE, SHARP).
    (b) How it makes them feel.  There are no right or wrong answers to this question – encourage students to try and explain why/how the music provokes those feelings.

  4. Introduce term Entartete Musik (Degenerate Music).  Taking into account descriptions and feelings discussed, consider why the Nazis considered this kind of music ‘degenerate’.

'A metaphor and a symptom of the degeneration of the nation – the increasing popularity of swing, jazz, avant-garde experimentation, and African-American and Jewish musicians were not a coincidence: they were both cause and effect of the general collapse of German society and German values'.

 

Alternatively, this section could be offered as a ‘pairing’ activity – prepare a set of word cards (1 card = 1 word) using terms from the music glossary which relate to Jonny Spielt Auf and ask students in pairs or small groups to match the cards into correct pairs, for example:

                  Style                           –                     jazz

                  Characteristics              –                     jerky/lively

                  Tempo                        –                     fast

Or give students a collection of descriptive word cards and ask them to select the words that they feel fit the music, for example:

                  Brash                                                 Gentle

                  Soft                                                   Soothing

                  Harsh                                                 Wispy

                  Jumpy                                                Smooth


ACTIVITY 3 - Concluding discussion

How do the characteristics of the music reflect or conflict with the Nazis’ ideas about society?

Responses may include: characteristics of jazz = improvised, unpredictable, 'wild', free, clashing – could symbolise free-thinking, rebellion,  unpredictable behaviour, dissension against a government that wants an ordered society; could be a metaphor for the breakdown of order and values in society; dissonance could represent a lack of tolerance ('harmony') for and between different groups in society; cultural origins of jazz go against ideas of 'pure' German society...

 

 

Leçon 2 - Entartete Musik

Leçon 2 : Entartete Musik, « Musique dégénérée »

Objectifs:

  • Analyser des contenus pour y déceler des formes de propagande
  • Développer son esprit critique par rapport à des images
  • Savoir comparer et mettre en perspective des illustrations
  • Faire des recherches biographiques et bibliographiques

Ressources:


ACTIVITÉ 1 – Entartete Musik

Analyser une image de propagande

Étude de l’illustration de Ludwig Tersch (ci-dessous) pour le catalogue de l’exposition Entartete Musik, 1938.

Avant de présenter le contexte historique, s’intéresser à l’image et recueillir les réactions. Cette illustration suscite-t-elle de la sympathie ou de l’antipathie ? Qu’évoque le mot « entartete » ?

Trouver tous les symboles antisémites, racistes et anticommunistes :

  • - À la veste, une étoile de David en guise de fleur.
  • - Chapeau haut de forme, attributs des banquiers juifs dans les caricatures antisémites
  • - Traits fortement accentués du musicien noir
  • - Boucle d’oreille associée à l’image du sauvage propre à l’époque
  • - Couleur de fond rouge : associée aux communistes

Cette illustration montre l’amalgame fait par le régime nazi contre tout ce qu’il détestait

Pourquoi le saxophone ? Faire trouver le style musical auquel l’instrument se réfère : le jazz.

Comparer des illustrations

Présenter la couverture de la partition de Jonny spielt auf d’Ernst Křenek. C’est l’influence directe du dessinateur Ludwig Tersch, qui a d’ailleurs baptisé « Jonny »  le personnage du catalogue Entartete Musik.

Présenter la couverture du catalogue de l’exposition Entartete Kunst de 1937 sur les arts graphiques. Quelles sont les dénonciations ? (noter l’emploi de guillemets pour « Art »)

On pourra faire effectuer des recherches sur l’exposition Entartete Musik de 1938, mais aussi sur l’exposition Entartete Kunst de 1937 sur les arts graphiques.


ACTIVITÉ 2 – Les musiques « dégénérées »

Discuter le terme « dégénéré », ses implications négatives. En s’aidant de l’illustration de l’activité 1, trouver les styles musicaux que les nazis pouvaient considérer comme « dégénérés » è musique juive, musique américaine, jazz, musique communiste.

La modernité en musique durant les Années folles

Faire effectuer des recherches sur la musique sous la République de Weimar. Pour un contexte artistique plus général, on pourra s’aider du document "Arts et culture République de Weimar" (PDF) ou des ouvrages cités en bibliographie.

Divers courants musicaux : atonalité, expressionnisme, dada, jazz et Kunstjazz, Nouvelle Objectivité, Agit-prop, cabaret, Kampflieder

è Toutes ces esthétiques modernes ont été rejetées et condamnées en bloc, notamment à l’occasion de l’exposition Entartete Musik.

Partition

Erwin Schulhoff, 5 Pittoresques, n°2 : « In Futurum », 1919. C’est le premier exemple de partition écrite uniquement avec des silences.

Écoutes musicales

Arnold Schönberg, Kurt Weill, Erwin Schulhoff, Paul Hindemith


ACTIVITÉ 3 – Destins de compositeurs

Sous le IIIe Reich, de très nombreux compositeurs se sont exilés ; les plus engagés politiquement quittent l’Allemagne dès 1933. Certains fuient en Autriche, et sont condamnés à un nouvel exil lorsque le pays est rattaché à l’Allemagne en 1938. Les destinations sont la France, la Grande-Bretagne, la Belgique et le reste de l’Europe, l’Union Soviétique, l’Amérique latine et les États-Unis.

À partir des écoutes menées lors de l’activité 2, les élèves pourront s’attacher à retracer le parcours d’un compositeur considéré « dégénéré », depuis sa carrière dans l’Allemagne de la république de Weimar jusqu’à l’exil ou la déportation.


Pour aller plus loin

Pascal Huynh, La musique sous la République de Weimar, Paris, Fayard, 1998.

Livre très complet sur les différents courants musicaux. Accessible aux lycéens.

Pascal Huynh (dir.), Le Troisième Reich et la Musique, cat. exp., Paris, Fayard, 2004.

Livre très riche en illustrations, sur les politiques musicales sous le IIIe Reich.

Élise Petit, Bruno Giner, « Entartete Musik ». Musiques interdites sous le IIIe Reich, Paris, Bleu Nuit, 2015.

Livre accompagné de fiches biographiques sur divers compositeurs ayant été persécutés par le régime nazi. Accessible pour des élèves à partir de la 3ème.

Leçon 3 : Theresienstadt

Leçon 3 : Theresienstadt

Objectifs :

  • Comprendre la complexité du statut de Theresienstadt, et la manière dont les nazis l’ont utilisé pour la propagande
  • Apprendre sur la vie musicale à Theresienstadt
  • Analyser des contenus et savoir distinguer un art « officiel » de témoignages clandestins

Compétences mobilisées :

Domaines 1, 3 et 5 du Cycle 4 du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture

Ressources :

À lire avant de commencer l’activité : http://holocaustmusic.ort.org/places/theresienstadt/


ACTIVITY 1 - Life in the Ghetto

Parfois dénommé « camp-ghetto », Theresienstadt est un cas complexe au sein du système concentrationnaire, et les deux termes correspondent à ce double-statut:

  • un « ghetto » car la population, composée d’adultes et d’enfants, était exclusivement juive, et l’administration était confiée à une « Administration autonome juive » (jüdische Selbstverwaltung), néanmoins totalement sous contrôle SS.
  • un « camp » car Theresienstadt ne fut pas érigé sur un endroit historiquement peuplé par des Juifs, mais dans une ville-forteresse dont les habitants furent évacués. Les détenus étaient assignés à divers commandos de travail, à l’intérieur ou à l’extérieur, comme dans les camps de concentration. Les mouvements de population étaient très fréquents, Theresienstadt faisant office de « camp de transit » avant les déportations vers les centres de mise à mort, particulièrement Auschwitz-Birkenau.

Dans un premier temps, les élèves pourront rechercher et établir des définitions des termes « ghetto », « camp de concentration », « camp de transit », avec des caractéristiques précises. Préciser que le travail de cette leçon portera sur Theresienstadt, mais pas sur la « Petite Forteresse », qui était une prison de la Gestapo située près de l’entrée du camp.

Étude d’illustrations

- Illustration 1 : Helga Weissová-Hošková, Dessin d’un concert dans un logement privé à Theresienstadt

À partir de ce dessin d’enfant, faire trouver toutes les spécificités de Theresienstadt :

  • Des prisonniers exclusivement juifs (comme dans les ghettos, port de l’étoile jaune, et non pas de l’habituel triangle imposé dans les camps de concentration ; pas d’uniforme de prisonniers, etc.)
  • La présence d’enfants
  • La présence de musiciens
  • Un statut « privilégié » pour les artistes (la famille est réunie, il y a quelques accessoires, etc.)

Plus d’informations sur l’artiste : http://collectifhistoirememoire.org/Pages/122_Helga-Weissova.html

- Illustration 2 : Bedřich Fritta, Logement à Terezín, dessin clandestin.

Comparer immédiatement avec des illustrations de Bedřich Fritta, un artiste qui effectua de nombreuses illustrations clandestines pour dénoncer les conditions de vie à Theresienstadt.

Plus d’informations sur l’artiste : http://collectifhistoirememoire.org/Pages/143_Bedrich-FRITTA.html (cliquer sur « Voir des dessins de Bedrich Fritta » pour consulter de nombreuses autres illustrations, notamment une caricature p. 18, originellement intitulée Vie d’un privilégié).

Cette mise en parallèle d’illustrations doit permettre une première compréhension de la complexité de Theresienstadt, où certaines personnes étaient privilégiées, mais où régnaient majoritairement la surpopulation, les maladies et la mort.


ACTIVITÉ 2 – Un camp pour la propagande

Le camp de Theresienstadt, qui renferme de nombreuses personnalités culturelles, a été conçu pour répondre aux interrogations de l’opinion publique sur le traitement des Juifs dans les camps. Des visites seront organisées à plusieurs reprises pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). En 1944, un film de propagande sera tourné dans le camp, sous forme d’un pseudo-documentaire.

Étude d’illustrations et photographies

Il sera intéressant d’utiliser des photos prises par le délégué de la Croix-Rouge Maurice Rossel et de les mettre en perspective avec des dessins de propagande réalisés pour cette visite. Dans un deuxième temps, les confronter aux dessins clandestins.

  • Illustration 3 : Jo Spier, L’orchestre de la ville, dessin de propagande remis au délégué du CICR
  • Illustration 4 : Photographie d’une répétition du Requiem de Verdi, prise par le délégué du CICR Maurice Rossel.
  • Illustration 5 : Leo Haas, Des Calories, dessin clandestin.

Les photos prises par Maurice Rossel et les illustrations qui lui ont été offertes à l’issue de sa visite sont consultables librement sur le site des Archives Audiovisuelles du CICR : https://avarchives.icrc.org/

Les élèves peuvent ensuite chercher sur Internet d’autres illustrations clandestines, notamment de Leo Haas ou Bedřich Fritta.

Travail sur le film de propagande

À partir du film de propagande disponible en accès libre : https://collections.ushmm.org/search/catalog/irn1001681

Analyser quelques scènes choisies, par exemple: 

  • Celle des forgerons (à partir de 0’23), dans laquelle on peut entendre un extrait d’Orphée aux Enfers de Jacques Offenbach, compositeur juif français du xixe siècle dont la musique était interdite dans l’Allemagne nazie
  • Le match de football (5’23) 
  • Le concert de musique moderne (9’48) : exécution d’une œuvre de Pavel Haas (apparaît en gros plan à droite à 9’53) composée à Theresienstadt

ACTIVITÉ 3 – La musique à Theresienstadt

La création musicale à Theresienstadt a été très importante. Insister sur le contexte très particulier du camp :

  • Présence de compositeurs professionnels dans le camp
  • Dispense de travail pour les artistes les plus connus
  • Papier à musique fourni

Recherche d’affiches

Faire rechercher des affiches de concerts à Terezín pour montrer la diversité des genres musicaux représentés : opéra pour enfants (Brundibár), musique moderne (« Neue Musik »), cabaret, musique de divertissement (« Unterhaltungs-Musik »).

Travail sur un enregistrement de Brundibár (de préférence la version tchèque)

À Theresienstadt, les enfants ont été le plus souvent pris en charge par des éducateurs. L’art jouait alors un rôle très important pour la survie intellectuelle des plus jeunes. De nombreux dessins ont été réalisés par des enfants avec l’aide de l’artiste autrichienne Friedl Dicker-Brandeis était elle aussi détenue à Theresienstadt. Des journaux ont été créés, des jeux ont été confectionnés.

À lire avant de commencer l’activité : Brundibár

Lire la traduction française du livret et faire réfléchir sur les parallèles entre la situation des deux jeunes héros et celle des enfants dans le camp.

Rechercher l’extrait vidéo du film de propagande montrant le final de la représentation de Brundibár (en ligne).

Pour aller plus loin : témoignages écrits par des enfants de Theresienstadt

Ces deux ouvrages sont accessibles à un public d’adolescents. Le premier est plus développé et s’adresse davantage à des lycéens. Le second est un journal avec des illustrations.

  • Klüger, Ruth, Refus de témoigner. Une jeunesse, trad. fr. Jeanne Étoré, Mayenne, Viviane Hamy, 1997.
  • Weiss, Helga (Helga Weissová-Hošková), Le Journal d’Helga – Témoignage et dessins d’une enfant rescapée de la Shoah, Paris, Belfond, 2013.

[Translate to French:] Curriculum Links

[Translate to French:]

Curriculum Links

Lesson 1

SubjectKey concepts Key process
Historychronological understanding, cause and consequence

historical enquiry, using evidence, communicating about the past

Citizenship

democracy and justice, rights and responsibilities

critical thinking and enquiry, advocacy and representation

Music

cultural understanding, critical understanding, communication

listening, reviewing and evaluating

Lesson 2

Subject Key concepts Key process
Historycause and consequence, interpretation

historical enquiry, communicating about the past

Citizenship

democracy and justice

critical thinking and enquiry

Music

cultural understanding, critical understanding, communication

listening, reviewing and evaluating